Jen-Benoît Ugeux © Wolfgang Natlacen

Grande lecture

|

Un mal qui répand la terreur

de Stewart O’Nan, lu par Jean-Benoît Ugeux.

30 Aug 2020


13:00 — 14:00


Cathédrale Saint-Aubain
Réserver

LE LIVRE

Fin du XIXe siècle, Jacob Hansen, le narrateur, sillonne la ville de Friendship dans le Wisconsin à bicyclette : il est shérif, pasteur et embaumeur de la bourgade. Un jour, il découvre un mort – sans doute un soldat perdu, qui a échoué là, après la guerre de Sécession. Lorsqu’il amène le corps chez Doc Guterson, celui-ci est formel : c’est la diphtérie qui l’a tué, il faut être prudent, éviter l’épidémie. En dépit des recommandations de Doc Guterson, il embaume le corps du jeune soldat, à ses risques et périls. Le mal frappe les siens, et se répand dans la ville … “Un mal qui répand la terreur” est un récit gothique plongé dans une lumière aveuglante, sous un ciel de cendres.

L’AUTEUR

Stewart O’Nan vit à Avon (Connecticut). Cet ancien ingénieur en aéro-spatiale a montré qu’il savait être un confident précieux : dans son oeuvre si attachante, il ne cesse d’autopsier l’Amérique d’en bas, avec des héros qui ne tirent jamais les bonnes cartes. « L’écrivain, dit-il, doit donner la parole à ceux qui sont humiliés. » Depuis son premier roman en 1987, il a construit une oeuvre forte et variée, qui explore divers aspects de la société et de l’histoire américaines. Son roman Des anges dans la neige a été adapté au cinéma en 2007 par David Gordon Green sous le titre Snow Angels.

LE COMÉDIEN

Jean-Benoît Ugeux est un artiste prolifique aux multiples talents – acteur, metteur en scène, scénariste et réalisateur, porteur d’un univers riche et singulier. Il crée les spectacles Zaï Zaï Zaï Zaï puis Hansel et Gretel avec Anne-Cécile Vandalem début des années 2000. En 2007, il fonde sa propre compagnie « Apoptose », maison de production de théâtre, cinéma, créations radiophoniques et plastiques. On le voit sur les planches en Belgique et en Europe (Wayntraub, Wim Vandekeybus, Rodrigo García, Berlin, Blitz Theater Group, Anne-Cécile Vandalem…), derrière et devant la caméra (Joachim Lafosse, Michael Roskam, Emmanuel Marre, Benoit Mariage, …). Il remporte le Bayard du meilleur court-métrage et de la meilleure interprétation pour son film La Musique au FIFF (Namur) en 2019.

EXTRAIT

« Doc se penche, remue la clé dans la serrure et le verrou claque en s’ouvrant.
Il avertit Chase :
– Je ne veux pas que vous la touchiez.
– Je comprends.
Doc le conduit à l’intérieur. Tu t’attardes sur le tapis persan qui couvre le sol du couloir, en te demandant une fois encore ce que tu es censé faire. Cette lumière verte, fascinante, de l’été, cette lumière que tu aimes tant filtre à travers la fenêtre, au bout du couloir, projetant par terre un dessin d’ombres clignotantes.
– Jésus miséricordieux, dit Chase, et tu entends un bruit sourd, comme s’il était tombé.
Il est à genoux, au chevet du lit sur lequel la femme est allongée, et sans vraiment le vouloir tu la vois.
Elle ressemble au soldat, les yeux caves dans ses orbites violacées, les joues creuses et flétries. Ses pupilles bougent, mais sans enregistrer la présence de quiconque ; elles s’agitent comme si elles suivaient le vol d’une mouche. Doc a appliqué un cataplasme de menthe sur le cou de la femme. Sa respiration est rauque, ses lèvres maculées comme si elle avait bu du vin. »

À LIRE :

Stewart O’Nan, Un mal qui répand la terreur, traduit par Jean-François Ménard, Editions de l’Olivier, 2001