Photographie

|

Rencontre

|

Rencontre avec le photographe Mathieu Pernot

28 Aug 2021


16:00 — 17:00


Delta

LE PHOTOGRAPHE

Après des études d’histoire de l’art à la faculté de Grenoble, Mathieu Pernot entre à l’École nationale de la photographie d’Arles, d’où il sort diplômé en 1996. Son œuvre s’inscrit dans la démarche de la photographie documentaire mais en détourne les protocoles afin d’explorer des formules alternatives et de construire un récit à plusieurs voix. Récemment, il a exposé au Musée du Jeu de Paume, à la Bibliothèque nationale de France, aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles… Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections muséales et institutionnelles en France, mais aussi à l’étranger. En 2018, il est le premier artiste accueilli en résidence au Collège de France et produit « L’Atlas en mouvement », abordant plusieurs thématiques sous une forme encyclopédique grâce aux multiples contributions d’individus, migrants et réfugiés, rencontrés par l’artiste. En 2019, il est le lauréat du prestigieux Prix Henri Cartier-Bresson pour son projet en cours Le Grand Tour.

LES GORGAN

Mathieu Pernot rencontre les Gorgan, une famille rom installée en France depuis plus d’un siècle, alors qu’il étudie à l’École de photographie d’Arles. Il entre peu à peu dans l’intimité de cette famille et entreprend un travail documentaire. Dans l’esprit d’un album photographique, cette monographie marque l’aboutissement de ce travail retraçant 20 ans d’histoire de cette famille et témoigne ainsi de la complexité de la culture tsigane à travers ce récit à plusieurs voix. Au fil de l’exposition se mêlent différents types de photographies du polaroïd au cliché N&B pris au Rolleiflex, des instantanés aux portraits posés, de joyeuses réunions aux moments plus douloureux liés à l’incarcération, à la mort qui sont livrés à nous sans filtre, tels qu’ils sont vécus. Prises par Mathieu Pernot ou les Gorgan eux-mêmes, ces photographies forment un ensemble sans hiérarchie aucune, ni distinction entre leurs auteurs, comme le souhaitait le photographe. Les Gorgan ne sont plus seulement sujets d’étude mais de véritables acteurs impliqués à la fois dans la réalisation des images et le choix du contenu.

« J’ai rencontré la famille Gorgan en 1995, lorsque je faisais mes études. Je ne savais rien de cette communauté et ignorais alors que cette famille rom était installée en France depuis plus d’un siècle. J’ai réalisé mes premières images en noir et blanc, m’inscrivant dans une tradition documentaire face à ceux qui m’étaient encore étrangers. La découverte des quelques archives qu’ils possédaient m’a rapidement fait comprendre que la diversité des formes et des points de vue était nécessaire pour rendre compte de la densité de la vie qui s’offrait à mon regard. C’est en 2013, plus de dix ans après avoir réalisé ces photographies, que nous nous sommes retrouvés, comme si l’on s’était quittés la veille. J’ai vécu en leur compagnie une expérience qui dépasse celle de la photographie. L’exposition reconstitue les destins individuels des membres de cette famille. Elle retrace l’histoire que nous avons construite ensemble. Face à face. Et désormais, côte à côte. »

À VOIR

Les Gorgan
www.mathieupernot.com