Philippe Vauchel © D.R.

Exercice d'admiration

|

Autour d’Olga Tokarczuk

Par Philippe Vauchel

30 Aug 2020


14:45 — 15:45


Église des Rédemptoristes
Réserver

Le 12 septembre 2001, flânant dans une librairie, alors qu’il tentait attraper un exemplaire de Rainer Maria Rilke, une partie de l’oeuvre d’Olga Tokarczuk lui est tombée littéralement dans les bras : le comédien Philippe Vauchel ne s’en est jamais remis. Ébloui par les histoires de la lauréate du Nobel de Littérature 2018, il lui écrit :

“ (…) vos mots, vos silences, vos intimes et essentiels voyages entre l’homme et la réalité… (je suis) tellement heureux du partage de ces tremblements d’existence. Je m’en suis d’emblée senti tellement proche ! Quelle joie indicible que de révéler à mon entourage direct et lointain l’existence quelque part du côté de la Basse Silésie, « d’une sœur en humanité ».
Je suis un rural, un rural dans l’âme.
Je ne pouvais donc qu’aimer profondément cette ruralité que parfois vous nous faites vivre. Jamais vous ne l’enfermez dans du cliché.
Quand il vous arrive de la plonger dans du typique, c’est aussitôt pour la faire grandir de mythique, de mystique, de cosmique, voire de comique.”

Philippe Vauchel propose un exercice d’admiration autour de l’oeuvre de Olga Tokarczuk (en son absence), sur base d’une sélection minutieuse de ses textes et dans le cadre d’une discussion avec un.e intervenant.e (en cours de distribution).

LE COMÉDIEN

Philippe Vauchel est auteur, metteur en scène, comédien inclassable et boulimique, il a travaillé avec des metteurs en scène comme Jean-Michel Frère, Frédéric Dussenne, Bruno Bulté, Vincent Goethals, Jasmina Douieb, … Roi du théâtre intimiste (on se souvient avec émotion de 3 secondes et demie, spectacle en appartement joué plus de 300 fois), il écrit aussi ses propres spectacles. Inquiet, généreux, comique, tendre et insomniaque, il se définit comme “le gitan de Marloie”.

L’AUTEURE

Olga Tokarczuk est une romancière et essayiste polonaise. Après avoir publié plusieurs recueils de poèmes, des romans et nouvelles, elle reçoit le Prix Nike en 2008 et le Prix international Man-Booker en 2018 pour son roman Les Pérégrins (2007). Elle publie ensuite Les Livres de Jakób, l’histoire de Jakób Frank, un chef religieux du XVIIIe siècle, à nouveau Prix Nike en 2015. Prix Nobel de littérature en 2018, elle se distingue par « une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, représente le franchissement des frontières ».