Dominique Reymond © D.R.

Grande lecture

|

Le mur invisible 

de Marlène Haushofer, lu par Dominique Reymond

29 Aug 2020


12:15 — 13:15


Cathédrale Saint-Aubain
Réserver

LE LIVRE

En pleine forêt autrichienne, une femme tente de survivre, coupée du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s’être pétrifiée. Rapidement, elle doit prendre son destin en main et organiser sa survie en compagnie de quelques animaux qui deviendront ses plus chers compagnons. Au fil des saisons, une lutte intérieure se joue pour ne pas se laisser envahir par les souvenirs, la peur ou la conscience d’une situation-limite. L’écriture va l’y aider. Considéré comme un classique de la littérature allemande et autrichienne, ce journal de bord d’une femme ordinaire oscille entre l’angoisse et la sérénité, nous livrant ici une réflexion profonde sur ce qui fait de nous des humains, sur la solitude et notre rapport à la nature.

L’AUTEURE

Fille d’un garde-forestier et d’une femme de chambre, Marlen Haushofer passe son enfance dans la maison forestière Effertsbach. Après avoir étudié la philologie allemande à Vienne, elle se marie, donne naissance à deux enfants et devient assistante dentaire de son époux. Tiraillée entre ses devoirs de mère au foyer et ses ambitions littéraires, elle est obligée d’écrire tôt le matin ou la nuit pour mener à bien ses projets d’écriture. Son œuvre dépeint principalement des héroïnes inoubliables, naviguant dans un monde d’hommes dont la banalité du quotidien se voit chamboulée par l’intrusion de troublantes fantasmagories.

LA COMÉDIENNE

Dominique Reymond appartient au petit cercle des grandes comédiennes. Formée par Antoine Vitez au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, elle a joué pour de grands metteurs en scène tels que Luc Bondy ou encore Klaus Michael Grüber et a interprété les personnages de grands auteurs : la « Mouette » de Tchekhov, Martha de L’Échange de Claudel, la comtesse dans Les Géants de la Montagne de Pirandello…Mystérieuse, cette comédienne est hors du temps, hors du monde, aussi insaisissable sur scène que dans la vie.

EXTRAIT

“ Aujourd’hui cinq novembre, je commence mon récit. Je noterai tout, aussi exactement que possible. Pourtant je ne sais même pas si aujourd’hui est bien le cinq novembre. Au cours de l’hiver dernier quelques jours m’ont échappé. Je ne pourrais pas dire non plus quel jour de la semaine c’est. Mais je pense que cela n’a pas beaucoup d’importance. Je n’ai à ma disposition que quelques rares indications, car il ne m’était jamais venu à l’esprit d’écrire ce récit et il est à craindre que dans mon souvenir bien des choses ne se présentent autrement que je les ai vécues.”

 

À LIRE

Marlen Haushofer, Le Mur invisible, traduit par Liselotte Bodo, Actes Sud, 2014