Reda Kateb © Yann Rabannier

Grande lecture

|

Entre eux

de Richard Ford, lu par Reda Kateb

29 Aug 2020


20:30 — 21:30


Cathédrale Saint-Aubain
Réserver

En deux textes qui se répondent, Richard Ford retrace la vie de ses parents : celle de son père, représentant de commerce sur les routes une bonne partie du temps jusqu’à sa mort prématurée ; et celle de sa mère, qui, après une enfance sans histoire en Arkansas, son mariage et la naissance de son enfant, souffre des années de solitude, puis d’un cancer. L’auteur, qui se trouve « entre eux » décrit ces deux existences dans ce qu’elles ont de plus quotidien et de moins extraordinaire, et pose la question : que reste-t-il d’une vie vécue ? En marge de ses grands romans, ce livre sensible est l’hommage bouleversant d’un grand écrivain à ses parents, mais aussi une clé pour la compréhension de son œuvre.

L’AUTEUR

Richard Ford compte parmi les grands romanciers américains contemporains. “ Géant de l’ordinaire”, Richard Ford explore la vie réelle en petits caractères, gravée à l’eau-forte de nos désirs, de nos pertes, de nos désarrois. Sans jamais verser dans le cynisme ou l’ironie. Il a été récompensé à de multiples reprises pour ses livres : Un week-end dans le Michigan (PEN/Faulkner Award), Indépendance (prix Pulitzer de la fiction), Canada (la Andrew Carnegie Medal for Excellence in fiction, le prix Femina étranger). Entre l’écriture de ses nouvelles et ses romans, Richard Ford enseigne également la littérature anglaise.

LE COMÉDIEN

Reda Kateb est un acteur incontournable de sa génération. Révélé dans Un prophète de Jacques Audiard, il obtient le César du meilleur acteur dans un second rôle pour Hippocrate de Thomas Lilti. Depuis, il enchaîne les succès et les rôles magnifiques. Récemment on l’a vu aux côtés de Vincent Cassel dans Hors Normes, de Olivier Nakache et Eric Tolédano.

EXTRAIT

« Quelle vie, rendez-vous compte ! Sur la route, sans souci véritable. Pas d’enfants. Loin de leurs familles. Mon père portait un feutre en hiver et un chapeau de paille en été. Il fumait- ils fumaient tous les deux. Son visage avait pris une expression plus mûre – la bouche irlandaise aux lèvres minces, le cheveu plus rare. Il était en possession de ses moyens. Voici qu’il devenait l’homme qu’il allait être. (…) Il possédait deux costumes, un marron et un bleu, et il adorait son métier, qui s’accordait on ne peut mieux avec sa bonne grâce naturelle. Il disait qu’il était « dans les affaires ». Son patron, un certain Mr Hoyt, avait confiance en lui, et ses clients aussi, dans toutes ses villes minuscules. Il ne gagnait pas des fortunes – moins de deux cents dollars par mois, frais inclus- mais enfin, ils ne dépensaient pas grand-chose non plus. Et il avait trouvé une activité dans ses cordes, vendre, se faire apprécier, se faire des amis.

À LIRE

Richard Ford, Entre eux, traduit par Josée Kamoun, Éditions de l’Olivier, 2017

 

Une représentation supplémentaire est prévue le samedi 29 août à 16h00, à la Cathédrale Saint-Aubain.