© Jean-Luc Bertini

Entretien

|

Littérature

|

Par une espèce de miracle

de Justine Augier

28 Aug 2021


13:30 — 14:30


Cour de l'école Notre-Dame
Réserver

LE LIVRE

Pendant une année, Justine Augier fait l’aller-retour entre Paris et Berlin où elle rend visite à Yassin al-Haj Saleh, un des esprits les plus libres et les plus lucides de la dissidence contre le régime d’Al-Assad. Elle remonte avec lui le fil de sa vie syrienne, de son exil forcé, d’une histoire personnelle intimement tressée à celle, violente, de son pays. Elle arpente avec Yassin son trajet de lecteur, étroitement lié à l’expérience carcérale, et sa rencontre par les livres avec la pensée et les écrivains européens de l’après-guerre. Par une espèce de miracle nous ouvre ce dialogue fécond qui explore les points de résonance entre la tragédie de la Syrie et le passé de l’Europe, avec la volonté urgente de croire que la justice pourrait rendre au peuple syrien la dignité que sa révolution écrasée a tenté d’arracher, et dessiner une alternative au désespoir.

L’AUTEURE

Après avoir passé plusieurs années à Jérusalem, à New York, et à Beyrouth, Justine Augier a provisoirement posé ses bagages à Paris. Elle est l’auteure de plusieurs romans. Dans son précédent livre De l’ardeur (prix Renaudot Essai 2017), elle retrace l’histoire de Razan Zaitouneh, dissidente syrienne enlevée en 2013, en même temps que Samira Khalil, l’épouse de Yassin al-Haj Saleh. Avec Par une espèce de miracle, elle accompagne dans l’exil celui qui devient sous nos yeux un ami et prolonge le geste qui fait de l’écriture le lieu de son engagement.

EXTRAIT

Il a quitté la Syrie qu’il s’était toujours acharné à ne pas quitter. La veille du 11 octobre 2013, Yassin al-Haj Saleh a mis son ordinateur dans son sac à dos, deux petits vestiges aux origines imprécises, trouvés au village par son frère Firas, une branche de dattier du jardin de la maison de Raqqa. Il n’a pris aucun papier, aucune photo, aucun autre souvenir, une veste parce que les nuits se faisaient fraîches, et il a quitté sa ville natale pour passer la frontière et entrer en Turquie, pays dans lequel il n’avait jamais mis les pieds.

À LIRE

Par une espèce de miracle, Justine Augier, Actes Sud, 2020