Carte blanche

|

Cinéma

|

Entretien

|

Littérature

|

Carte blanche aux réalisateurs Gustave Kervern et Benoît Delépine

Entretien avec l’écrivain Paul Kawczak, auteur de « Ténèbre »

29 Aug 2021


16:45 — 17:15


Cour de l'école Notre-Dame
Réserver

Benoît Delépine s’entretient avec l’écrivain Paul Kawzcak à propos de son livre magistral « Ténèbre ».

LE LIVRE

Un matin de septembre 1890, un géomètre belge, mandaté par son Roi pour démanteler l’Afrique, quitte Léopoldville vers le Nord. Avec l’autorité des étoiles et quelques instruments savants, Pierre Claes a pour mission de matérialiser, à même les terres sauvages, le tracé exact de ce que l’Europe nomme alors le « progrès ». À bord du Fleur de Bruges, glissant sur le fleuve Congo, l’accompagnent des travailleurs bantous et Xi Xiao, un maître tatoueur chinois, bourreau spécialisé dans l’art de la découpe humaine. Celui-ci décèle l’avenir en toute chose : Xi Xiao sait quelle œuvre d’abomination est la colonisation, et il sait qu’il aimera le géomètre d’amour. Paul Kawczak présente un incroyable roman d’aventure traversé d’érotisme, un opéra de désir et de douleur tout empreint de réalisme magique, qui du Nord de l’Europe au cœur de l’Afrique coule comme une larme de sang sur la face de l’Histoire.

L’AUTEUR

Paul Kawczak est né à Besançon dans l’est de la France. Il vit aujourd’hui au Québec. Ténèbre est son premier roman très remarqué et de nombreuses fois récompensés. On souligne l’intelligence de sa relecture du livre de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres (1899) tout en faisant de son roman un document précis sur la colonisation, y compris dans ses aspects les plus tus, notamment sexuels.

LES REALISATEURS

Benoît Delépine et Gustave Kervern ont acquis une place unique en construisant un cinéma à la fois comique et politique, social et surréaliste, poétique et populaire. Chez eux, il est souvent question de road trips : en chaise roulante, à moto, en tracteur… Chez eux, c’est la réhabilitation de la France moche, la poésie des petites gens, la démonstration par l’absurde que le monde (capitaliste) ne tourne pas rond et que les dingues ne sont jamais ceux que l’on croit… Au fil du temps et des films, de fortes personnalités leur ont prêté leur concours : Yolande Moreau, Corinne Masiero, Bouli Lanners, Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Michel Houellebecq, Jean Dujardin.

Entretien animé par Lionel Jullien, correspondant à Bruxelles de Arte. Extrait lu par Emile Falk.

La carte blanche des réalisateurs Gustave Kervern et Benoît Delépine se compose également de la projection des films « Near Death Experience » le vendredi à 16h30 dans la Grande Salle et « Mords-les! » le samedi à 22h00 dans la Grande Salle.