dim 26 août 2018 de 17h30 à 18h30

Grande salle

Journal d’Adam et Journal d’Eve

de Mark Twain
lu par Anne-Lise Heimburger et Jérôme Kircher

LE LIVRE

Le Journal d’Adam, le Journal d’Eve, c’est le journal intime fictif tenu par les deux protagonistes de la Création, Adam et Eve. Ecrite en 1893, cette oeuvre singulière, réjouissante et débordante d’humanité propose une version très incorrecte de la Genèse dans laquelle Adam et Eve livrent un regard croisé sur leur rencontre, leur chute, et leur découverte du monde.

 

L'AUTEUR

Mark Twain (1835-1910) est le père de Tom Sawyer mais aussi de la littérature américaine moderne selon Faulkner ou Hemingway. Intellectuel érudit, il a exercé mille métiers - apprenti typographe, reporter, pilote de bateaux à aubes, éphémère officier de l’armée sudiste, chercheur d’or, inventeur de bretelles … - et voyagé dans le monde entier. Écrivain politique et nouvelliste génial, il secouait la pudibonderie de son époque.

 

LES COMéDIENS 

Anne-Lise Heimburger est une comédienne de théâtre et de cinéma engagée. Avant d’intégrer le Conservatoire d’art dramatique, elle a suivi une formation de chant lyrique et commencé des études de philosophie. Cette passionnée de Lacan est aussi une actrice - lectrice pour France Culture.

Jérome Kircher a un magnifique parcours de plus de vingt ans dans le théâtre. Il a joué les plus grands textes, sous la direction des plus grands Patrice Chéreau, Jean Pierre Vincent, Denis Podalydès,... sans oublier son rôle de Jacques dans la série Clara Sheller. 

 

EXTRAIT

Journal d’Adam

LUNDI
" La nouvelle créature, avec ses longs cheveux, est toujours fourrée dans mes pattes. Toujours à traîner à mes basques et à me suivre comme un petit chien. Et je n’aime pas ; je n’ai pas l’habitude d’avoir de la compagnie. Si seulement elle voulait bien rester avec les autres animaux…" 

Journal d’Eve

" Mon premier chagrin. Hier, il m’a évitée et semblait souhaiter que je ne lui adresse plus la parole. Je n’arrivais pas à y croire, je me suis dis que c’était un simple malentendu : moi j’adorais sa compagnie, j’adorais l’entendre parler, alors comment pouvait-il se montrer aussi injuste à mon endroit alors que je n’avais rien fait ? Mais c’est pourtant ce qui s’est passé au bout du compte. Alors je suis repartie et je me suis assise en solitaire à l’endroit où je l’avais aperçu la toute première fois, le matin de notre fabrication, quand je ne savais pas qui il était et que je me souciais de lui comme d’une guigne."

 

A LIRE

Journal d'Adam et Journal d'Eve
traduit par Freddy Michalski

Gravures de Sarah d'Haeyer
L'Oeil d'or, 2004