sam 24 août 2019 de 15h45 à 16h45

Amphithéâtre

De mémoire

de Yamina Benahmed Daho

Invités : Yamina Benahmed Daho

LE LIVRE

C’est arrivé en 2011, la nuit du Nouvel An. Alya Benalitna, une étudiante trentenaire, a été agressée dans un hall d’immeuble alors qu’elle voulait regagner l’appartement de l’amie chez qui elle avait passé la soirée, faute d’avoir trouvé un taxi. Tout est allé très vite, quelques minutes, une éternité. L’homme est arrivé par derrière, l’a empêchée de se débattre et a tenté de la violer. Grâce à une porte mal refermée, elle a pu lui échapper et s’est précipitée vers un passant. Elle a vu son agresseur sortir de l’immeuble, d’un pas tranquille, puis est remontée chez Suzanne, son amie.

Cette histoire, Alya l’a répétée maintes fois, l’a affinée, précisée, face à un médecin, une policière, une psychologue, un psychiatre, une juge. Elle s’engage alors dans le labyrinthe de la mémoire et se souvient. De chaque détail perdu dans la nuit de l’agression, de l’histoire familiale qui prend racine en Algérie, de la femme libre qu’elle croyait être. Le récit devient une enquête, une introspection mêlant l’intime et l’histoire collective.

L’AUTEURE

Yamina Benahmed Daho est née en Vendée, dans une famille de Harkis. Elle devient professeur de français. De mémoire est son second roman.

EXTRAIT

« C’est arrivé hier, en pleine nuit, alors que je retournais chez une amie. Quand je lui ai montré les bleus sur ma cuisse, elle m’a conseillé de consulter. J’ai hésité. J’habite à huit cents mètres mais j’ai hésité à venir parce que j’ai peur de sortir. Et maintenant que je suis ici, j’ai peur de rentrer. »

 

À LIRE 

> De mémoire, Yamina Benahmed Daho, Éditions Gallimard, collection L’arbalète, 2019

Entretien animé par Philippe Manche, journaliste indépendant.
Extrait lu par Annah Schaeffer.